lundi 11 décembre 2017

Solaris, de Stanislas Lem,

Une équipe scientifique débarque sur Solaris, un monde inhabité tournant autour de deux soleils. L’immense océan protoplasmique qui recouvre entièrement la planète reste depuis des siècles un irritant mystère.
Dès son arrivée, le Dr Kelvin est intrigué par le comportement du physicien Startorius et du cybernéticien Snaut, qui semblent terrorisés par la visite d’une femme, Harey ; une femme que Kelvin a autrefois aimée et qui s’est suicidée plusieurs années auparavant.
Impossible… À moins qu’une entité  intelligente n’essaie d’entrer en contact avec eux en matérialisant leurs fantasmes les plus secrets, et qu’en l’océan lui-même réside la clé de cette énigme aux dimensions d’un monde.
Magistrale interrogation sur les possibilités de communication avec des intelligences radicalement autres, de la même ampleur que Rendez-vous avec Rama d’Arthur C Clarke, Solaris est une des pierres angulaires de la science-fiction.
Quatrième de couverture par Folio, SF.
---

« — Qui est responsable ? Qui est responsable de cette situation ? Gibarian ? Giese ? Einstein ? Platon ? Tous des criminels… Pense un peu, dans une fusée, l’homme risque d’éclater comme une bulle, ou de se pétrifier, ou de griller, ou de suer tout son sang d’un seul jet, sans avoir eu le temps de crier, et il ne reste plus que des osselets qui tournoient entre les parois blindés, selon les lois de Newton corrigées par Einstein, ces crécelles de notre progrès ! De bon cœur, nous avons suivi la route superbe, et nous voici arrivés… »
P. 291

Comme beaucoup, je connais le roman Solaris grâce à la parodie de Mozinor grâce au film de 2002 réalité par Steven Soderbergh avec George Clooney. J’ai vu cette adaptation une seule fois il y a plus de dix ans, je ne me souvenais pas de grand-chose si ce n’est une ambiance basée sur la méfiance, le confinement, l’isolation : quelque chose d’étouffant et de pesant. Et bien, je n’étais pas au bout de mes surprises en commençant le roman Solaris : phénomène de la science-fiction, Solaris est aussi une très belle histoire d’amour.

L’ambiance claustrophobe attaque le lecteur d’office : on accompagne le psychologue Kris Kelvin qui arrive à la station qui gravite autour de Solaris, la magnifique planète Solaris même, car une atmosphère confinée ne rime pas forcément avec prison grise. Abandonné par ses nouveaux collègues paranoïaques et méfiants, le Dr Kelvin a tout le temps de découvrir la station et d’être bercé par les lueurs chimériques de cette mystérieuse planète : Solaris possède deux soleils, un rouge et un bleu, qui alternent et jettent leurs rayons tranchés. Tantôt les pièces sont embrasées par un crépuscule pourpre, tantôt elles sont baignées dans des reflets bleus comme dans les aquariums. Et la magie opère ! Le décor est peu décrit, ce qui compte, c’est l’ambiance et Stanilas Lem a réussi à me charmer entièrement.

Dans ce cadre un peu mélancolique, la science-fiction s’étend sur beaucoup d’explications scientifiques : pour les néophytes comme moi, c’était assez déstabilisant car il n’y a aucune annotation. On se doute que les hypothèses solaristes sont fictives et impliquent des éléments imaginaires, mais une entrée en matière réellement ludique aurait été appréciable. Ce serait l’un des petits défauts que je pourrais reprocher à Solaris.
Toutefois, on sent un poids écrasant qui aurait plu au penseur Pascal : la petitesse de l’homme face à l’inconnu.
Le genre de SF s’associe à un genre auquel je ne m’attendais pas : la romance, mais une romance réellement humaine et poignante. Le résumé spoil un peu mais ne gâte pas le plaisir car il n’annonce pas comment leur relation va évoluer. Beaucoup de thèmes sont abordés : l’illusion d’amour, la nostalgie, la redécouverte, la dépendance d’un mirage… Une centaine de pages supplémentaires sur leur relation ne m’auraient pas dérangée !
Le duo d’Harey et Kris rejoint mes couples coups de cœur.

Solaris est donc un magnifique roman où le mystère domine : ne cherchez pas toutes les réponses, laissez-vous juste porter par ces émotions authentiques, cette mélancolie. Peut-être tomberez-vous aussi sous les aurores boréales solaristes et la délicate union entre Harey et Kris.

« Elle bredouilla, le visage au creux de mon épaule :
— Kris… dis-moi ce que je dois faire pour disparaître ! Kris… »
P. 224

En tout cas, un immense merci à mon papa qui m’avait donnée un de ses deux exemplaires ! Je serais passée à côté de cette œuvre je pense, oubliant de le chercher en librairie…
De plus, grâce à la couverture, je peux valider l’idée 118 du challenge des 170 idées :
             Quelques anecdotes sur ce bouquin,
• Un petit mot concernant l’adaptation de 2002 : l’auteur, Stanislas Lem, n’avait pas du tout aimé, reprochant au film de n’avoir pas retranscris ses intentions à travers Solaris. L’adaptation d’Andreï Tarkovski de 1972 est en revanche plus fidèle et est encore cité comme une magnifique adaptation.


Envie de l’acheter ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire